• pers
  • plan masse

A la lecture du programme de l’opération, nous avons compris que la problématique majeure du lycée Paul Sérusier est d’offrir à ses élèves et à ses personnels, mais également aux élèves du collège, un cadre plus adapté à la pratique de l’éducation physique. Le lycée est actuellement sous-équipé en infrastructures sportives ne permettant pas de proposer une programmation variée aux élèves et l’actuel gymnase est dans un état vétuste et mal adapté aux besoins actuels de l’établissement (vestiaires, douches, surfaces).

Sur la base de ce constat, le projet prévoit donc une rénovation importante de l’équipement sportif actuel ainsi que la réutilisation de locaux existants, en partie désaffectés, situés au rez-de-chaussée de l’internat.

Une salle de sport existante à repenser en profondeur car inadaptée aux pratiques actuelles.

Au regard de l’état général de la salle de sport actuelle et des investigations menées dans le cadre du projet, nous arrivons à la même conclusion que le programme : une refonte totale de cet équipement, que cela soit d’un point de vue technique comme architectural. La salle présente, en effet, le désavantage majeur d’avoir été conçu avec de larges ouvertures situées sur les façades Est et Ouest. Ce choix architectural est contestable du fait de l’inconfort qu’il génère tant en matière de confort thermique que visuel. Les apports solaires sur ces expositions nécessitent de prévoir à minima une filtration de la lumière naturelle (pose de brise-soleil par exemple) et de prendre en compte les surchauffes qui en découlent. Cette problématique est d’autant plus importante pour un équipement destiné à la pratique sportive où une surchauffe de la salle peut être rapide et très vite inconfortable pour les usagers. Aussi, il conviendra dans le cadre de sa rénovation de bien prendre en compte les apports solaires et d’agir au mieux sur l’architecture de l’enveloppe du bâtiment. Un travail sur l’amélioration de l’isolation de l’enveloppe et la mise en place d’un système de ventilation adaptée seront donc à prévoir et participeront du confort des usagers. Les études complémentaires confiées à la Maîtrise d’œuvre (FLJ, RT, STD) permettront de mieux appréhender cette problématique et de réaliser un équipement performant.

Comme énoncé dans le programme, la démolition des locaux vestiaires et sanitaires nous paraît indispensable au regard de l’état de vétusté des locaux, de l’organisation générale du bâtiment, de la gestion des réseaux existants et des contraintes programmatiques liées au projet (liaison avec la salle de gymnastique « ville », reconfiguration de l’accès principal, ajout de locaux supplémentaires, …). Les nombreux problèmes constatés (infiltrations en toiture, absence de douche collective, …) ne plaident pas pour une simple réhabilitation des locaux. D’un point de vue budgétaire, cette solution ne serait pas plus économique, compte tenu des incertitudes liées à l’état des existants et des études à mener (diagnostics, relevés, sondages).

En outre, la surface actuelle des locaux ne permet pas d’accueillir l’ensemble des nouvelles demandes mentionnées au programme et nécessiteraient par conséquent la création d’une extension. Nous nous inscrivons donc dans la démarche du programme de démolir ces locaux.

Il faut donc repenser dans sa globalité la salle multisports avec ses locaux annexes afin de redonner une cohérence et une organisation fonctionnelle pertinente à l’ensemble. Les nouveaux vestiaires devront être judicieusement répartis de manière à être mutualisables en fonction de leur usage ; utilisation pour la salle de gymnastique « ville », pour les espaces extérieurs (piste d’athlétisme, terrain de foot), naturellement pour la salle multisports mais également pour les activités de musculation et tennis de table, qui doivent être implantées dans le bâtiment internat.

Un bâtiment existant peu adapté aux nouveaux usages

Le programme prévoit de réhabiliter certains locaux situés au rez-de-chaussée de l’internat pour y implanter une salle de musculation (100 m²) et une salle multi activités permettant d’accueillir diverses activités sportives (tennis de table, danse contemporaine, step, …). Au regard de l’architecture actuelle du bâtiment, des contraintes techniques y afférents, de la co-activité qui serait mise en place (activité sportive au sein d’un bâtiment d’internat), cette hypothèse ne nous semble pas forcément la plus pertinente.

En effet, les locaux existants sont mal adaptés à l’activité souhaitée. La mise en place des 12 tables (espace nécessaire de 9 x 4.5m par table) ne nous semble pas possible compte tenu de la trame de poteaux séparant actuellement les locaux et le couloir. Seulement une dizaine de tables pourraient être mise en place (cf plan ci-dessous).

De plus, la hauteur sous plafond n’est pas satisfaisante pour la pratique du tennis de table. Une hauteur minimale de 5m sous plafond est nécessaire pour garantir de bonnes conditions de jeu, d’enseignement et de sécurité (recommandations du SNEP). La création de rangements nécessaires à ces activités semble difficile à mettre en œuvre compte tenu des espaces disponibles et l’absence de vestiaires à proximité est préjudiciable à l’incitation des élèves à la propreté après l’activité physique.

D’autres problématiques techniques nous conduisent à remettre en question l’option retenue par le programme. La prise en compte des trappes de désenfumage pour l’internat, l’intégration du désenfumage pour la salle multi-activités (surface supérieure à 300 m), la mise en accessibilité de ces espaces, la gestion des nuisances sonores (entre activités bruyantes et internat), la gestion de la ventilation des nouveaux espaces créés représentent beaucoup de contraintes, sachant que le programme prévoit qu’une intervention à l’intérieur des locaux (pas de travail possible sur l’enveloppe du bâtiment). Ne pouvant agir sur les façades du bâtiment, la gestion du confort thermique, acoustique et visuel nous semble difficile à mettre en œuvre et peu enclin avec les engagements de l’éco-référentiel et des volontés environnementales énoncées (démarche E+C-).

Il convient également de prendre en considération l’impact du chantier sur le fonctionnement du bâtiment. La restructuration de ces locaux va nécessiter de condamner, au moins provisoirement, certains accès et de supprimer toutes les activités qui s’y déroulent actuellement. Aux complexités de planning, va s’ajouter les contraintes de l’intervention pour le retrait de l’amiante.

De même, compte tenu de l’état général de l’internat et des problèmes d’accessibilité PMR, se posera surement à moyen terme la question de sa réhabilitation et peut-être même de sa reconstruction. Ces travaux lourds auront nécessairement un impact sur les locaux nouvellement créés au rez-de-chaussée, nécessitant une nouvelle intervention, voire une suppression complète.

C’est pour ces raisons que nous vous apportons notre conseil.

Une solution alternative et performante

Aussi, au regard de l’ensemble des données dont nous disposons actuellement, il nous semble important de faire part d’une autre possibilité, qui présenterait des nombreux avantages. Nous proposons que, dans le cadre de la rénovation du gymnase, la salle de multi activités et la salle de musculation soit intégrées au bâtiment du gymnase. Le regroupement des activités sportives au sein d’un même équipement permettrait de redonner une véritable légitimité à cet équipement tout en apportant une simplicité de fonctionnement (vestiaires-douches accessibles à tous par exemple). Toutes les activités pourraient ainsi profiter de locaux neufs, adaptés aux exigences réglementaires de chacune des activités accueillies. Une véritable salle de tennis de table permettant d’accueillir les 12 tables et offrant les dimensions nécessaires à une bonne pratique pourraient être ainsi créée (volonté d’une salle de dimension 28x17m exprimée dans le programme).

Dans le but de réduire l’emprise de ce nouvel équipement sur le site, une superposition des activités est envisageable. La salle multisport actuelle conserverait ses dimensions (demande du programme). La majeure partie des vestiaires, sanitaires et, rangements seraient implantés en rez-de-chaussée sur l’emprise des locaux actuels. La salle de musculation serait également créée à ce niveau. A l’étage de ceux-ci, seraient créés une grande salle multi activités avec une série de vestiaires, sanitaires et rangement. Ce nouveau niveau profiterait d’une nouvelle vue sur les allées plantées en façade ouest et sur le plateau sportif, situé au-dessus de l’actuel gymnase. Afin d’en simplifier le fonctionnement, un accès extérieur peut être créé en liaison directe avec ces espaces extérieurs permettant une certaine autonomie et d’utiliser ces vestiaires pour les activités extérieures du lycée, mais aussi du collège et du lycée Diwan. Cette disposition sera à étudier en fonction des contraintes de circulation (voie pompiers, …).

Cette proposition de notre équipe de Maîtrise d’œuvre a été étudiée dans le respect du coût global de l’opération ; la construction de ces nouvelles salles n’entrainerait pas de coût supplémentaire par rapport au scénario du programme. Elle a simplement pour vocation de vous proposer une solution alternative permettant de répondre aux nouvelles réglementations notamment environnementales et exigences du SNEP tout en offrant un équipement performant, pouvant s’inscrire dans une démarche E+C-.

Elle offre en outre un avantage conséquent dans la gestion du chantier (sécurité, nuisances) tout en étant réalisable en une seule phase de travaux (contre deux dans l’hypothèse du programme). Les activités tennis de table et musculation pourraient ainsi continuer comme actuellement dans le bâtiment internat et ce jusqu’à la livraison du nouveau bâtiment. Il permettrait également une réhabilitation ultérieure du bâtiment D sans impact sur les nouveaux équipements sportifs.

Bien sûr, cette proposition reste à discuter et étudier avec l’ensemble des intervenants (Maîtrise d’œuvre, Maîtrise d’Ouvrage, lycée, programmiste, OPC, Bureau de contrôle, …) afin d’en valider la pertinence par rapport à l’objectif programmatique initial.

LE PROJET EN QUELQUES CHIFFRES
Partager sur :

  • Maître d’ouvrage : REGION BRETAGNE
  • Région(s) : Bretagne
  • Départements(s) : Finistère
  • Ville(s) : Carhaix
  • Type d’activités - - salles de sports
  • Coût : 3 300 000 €HT