• 20170705_091754
  • 20170607_123621
  • 20170412_092231
  • 20170802_102357
  • 01atelier-cub3-pole-santé-mayenne-53
  • 00atelier-cub3-pole-santé-mayenne-53

Notre approche du projet se fait suivant une démarche que l’on pourrait qualifier de systémique, avec comme fil conducteur l’idée de développement durable, mettant l’utilisateur au centre de la réflexion. En l’occurrence, il convient de préciser que deux types d’utilisateurs sont à considérer : le professionnel, le patient.

Plusieurs problématiques se dégagent à la lecture du programme. Tout d’abord, la prise en considération d’un tissu urbain hétérogène et illisible dans lequel il conviendra d’insérer un projet respectueux de son environnement.
La situation de la parcelle, de par sa position à la jonction entre l’axe structurant qu’est le boulevard Mendès France et la rue Jules Ferry, en provenance du centre-ville, donne au projet une grande visibilité et une importance particulière à l’image qu’il doit offrir à l’espace public.

La réflexion sur l’identité du projet revêt, de fait, un caractère primordial. Sa relation à l’espace public participera à l’identité du lieu et de l’édifice : le traitement de la liaison entre espace public et bâti devra refléter l’aspect social de l’institution et donner une image d’ouverture et de modernité.
Comme évoqué précédemment, l’utilisateur occupe une part importante de la conception. La qualité des espaces intérieurs, l’ergonomie des lieux, devront être traitées avec soin, favorisant les volumes généreux, les lignes de fuites permettant au regard de s’échapper, que ce soit depuis les positions assises ou lors des déplacements à l’intérieur de l’établissement.
Ainsi la conception s’est focalisée sur la flexibilité des lieux, leur modularité, tout en s’évertuant à dépasser le simple fonctionnalisme : la recherche d’une ergonomie, d’une convivialité, nous apparaît primordiale.

Le travail de conception, s’appuyant sur la programmation, vise alors à effectuer des arbitrages entre les différents thèmes abordés ; pour ce faire, la mise en place d’une hiérarchisation, possiblement évolutive, est nécessaire. Ainsi, le projet apporte la meilleure réponse possible en faisant la synthèse des axes de réflexion engagés.

 

– Logique de l’inscription dans le site :
L’emplacement du projet et son importance tant en volumétrie que par les fonctions qu’il accueille, offre l’opportunité de répondre à des enjeux urbains importants.
A la lecture du programme et de la réflexion menée en amont, certains points apparaissent primordiaux :
– structuration de la place de l’Europe en lien avec la pré-étude menée par la Maîtrise d’ouvrage
– visibilité du projet depuis les différents axes,
– accès distincts (public, professionnels)
– liaisons douces (notamment depuis le centre-ville)
Le projet doit s’inscrire de manière à ce que l’espace public en résultant soit attractif et pluri-fonctionnel.
La nouvelle place créée fera office de parvis au bâtiment futur et sera le point d’ancrage de la liaison douce envisagée en provenance du centre-ville.
C’est l’opportunité de créer un véritable front bâti en réponse à l’espace public et visible depuis la rue Jules Ferry. Cette façade doit être ‘perméable’, c’est-à-dire qu’une transparence forte doit exister afin d’ouvrir l’édifice et sur la ville.
En ce sens, le prolongement du parvis vers les espaces paysagers de la parcelle offre une respiration verte en opposition à la place de l’Europe.
Il apparait tout aussi impératif d’apporter un soin particulier au traitement de l’angle de la rue du Prieuré de Berne et d’intégrer le dénivelé de cette même rue.
Il est dès lors apparu évident de positionner le projet à l’angle sud-est de la parcelle.

 

mayenne1
mayenne2
Transparence, prolongement de l’espace public en cœur de parcelle, accès au jardin et parkings paysagers.
mayenne3
Espaces verts

La prise en considération des éléments climatiques a joué un rôle prépondérant dans la conception du projet. Il convenait en effet de se prémunir des surchauffes et de l’éclairement direct tout en bénéficiant des apports thermiques et de l’éclairage naturel.
De la même manière, il est nécessaire de répondre au besoin d’intimité que requièrent les cabinets médicaux et paramédicaux.
Une autre contrainte a guidé notre réflexion ; la topographie.

– le projet est positionné de telle façon qu’il épouse au maximum les courbes du terrain naturel afin de minimiser les travaux de terrassements.
– le dénivelé important que présente le site impose une réflexion sur les cheminements et leur intégration dans l’architecture globale du bâti

– Les éléments qui ont conduit au parti choisi :

– traitement de l’interface espace public / projet :
Le front bâti ne doit pas être une frontière infranchissable, mais au contraire offrir une perméabilité enrichissant le projet et l’espace public tout en étant extrêmement structurant.

– place du végétal :
Minéral et végétal se mêlent, accompagnent le piéton. La présence du végétal permet de distancier, visuellement et physiquement, les flux importants du boulevard.

– positionnement des différentes entités :
à la lecture du programme, deux groupes d’entités se distinguent. D’une part le pôle institutionnel et les entités indépendantes ou nécessitant une proximité immédiate de l’espace public, d’autre part les pôles médicaux et paramédicaux pour lesquels la notion d’intimité est importante.
Le premier groupe, comportant l’agence CPAM, l’antenne CLIC, la radiologie ainsi que la maison médicale de garde, se place d’emblée au niveau de l’espace public.
Le second groupe est réparti sur les niveaux supérieurs de manière à ménager la plus grande distance entre l’espace publique et les espaces de soins où le patient est amené à se dévêtir.

– Fonctionnement interne :
Les pôles Infirmiers, Médecine générale et spécialistes sont positionnés sur un seul et même niveau afin d’offrir une souplesse d’utilisation, notamment pour la salle d’examens complémentaires et le local stérilisation.

– Intimité, éclairage naturel, vues cadrées
Plusieurs dispositifs ont été mis en place afin de répondre à ces problématiques :
Une double peau est réalisée en métal poli miroir perforé.
Véritable peau structurante de l’édifice elle offre une plasticité évolutive au bâtiment et forme une enveloppe protectrice.
Elle change d’aspect suivant les angles de vues, suivant l’heure de la journée.
Elle permet de réguler apports thermiques, lumineux et surtout offre une réponse à l’intimité nécessaire à certains des locaux.
A l’instar de notre peau, elle joue un rôle primordial dans l’homéostasie de la construction.
Véritable moucharabieh cette peau permet d’offrir une intimité à l’intérieur des locaux tout en offrant de larges vues sur les espaces extérieurs.
Deux niveaux de transparence sont réalisés : la perforation, l’alternance des modules.
mayenne4 mayenne5

 

Cette organisation permet :
– De réaliser un soubassement absorbant le dénivelé de la rue du Prieuré de Berne,
– De prolonger l’espace public sous et autour du bâtiment,
– D’offrir une transparence, une perméabilité entre la place de l’Europe et le jardin paysager réalisé en cœur de parcelle,
– D’offrir une souplesse de flux et d’accès,
– De positionner au plus près les places de stationnements PMR (pk couverts),
– D’offrir la possibilité d’une extension en lien direct avec le hall

– Les matériaux :
Un soin particulier a été apporté au choix des matériaux, leur pérennité est primordiale.
Les matériaux choisis respectent les teintes du site tout en assumant l’aspect contemporain de l’édifice.
La qualité sanitaire des matériaux employés est un aspect particulièrement important de la conception du projet. En effet, les patients représentent une population potentiellement plus sensible à la pollution de l’air. C’est pourquoi les matériaux ne devront pas émettre de COV.

– Principes fonctionnels et flexibilité :
Le choix d’une structure poteaux-poutres permet une évolutivité de l’organisation interne de l’édifice.

– gestion des flux :
– Séparation des flux professionnels et patients (intérieur)
Une marche en avant est réalisée afin de répondre aux exigences de séparation de flux.
Ce schéma permet une séparation nette entre les flux mais nécessite des surfaces complémentaires

– Accès, cheminements, paysage :
– La création d’espaces végétaux différenciés alliant arbres de hautes tiges, vergers, jardins des senteurs, offrira aux parkings et au jardin d’agrément des ambiances végétales variées.
Le jardin pourra accueillir des espaces de jeux pour les enfants.
– séparation des flux véhicules et piétons – sécurisation des cheminements :
– Parking bus et VSL : disposé en pied de bâtiment. La proximité permet de favoriser l’utilisation des transports en communs
– parkings : des cheminements piétons en interface des stationnements permettent des accès piétons sécurisés sans utiliser la voie circulée.
– Les cheminements doux mixtes piétons / cycles, Un balisage lumineux renforce le caractère sécurisant.
– Les eaux pluviales sont capturées dans de noues végétalisées assurant une certaine rétention et un premier épurement. Les places de stationnement sont traitées en pavés / gazon afin des favorisé la perméabilité des sols…
– les parkings sont eux aussi très végétalisés.
une noue accueillant des plantes couvre-sol confère un caractère paysager de grande qualité dans un esprit urbain. (les végétaux choisis sont non allergisants.)

– Ergonomie, qualité des espaces :
Des éclairages zénithaux sont réalisés dans les bureaux de médecine générale. Ceci permet de concilier intimité et éclairement naturel.

 

mayenne6

 

L’ensemble des espaces d’attentes a été travaillé avec une attention toute particulière. Ces zones bénéficient de vues sur l’extérieur, vers les espaces paysagers, afin de privilégier les apports de lumière naturelle et d’agrémenter le temps d’attente du patient.

De même, l’éclairage naturel est privilégié dans le hall et les circulations jusqu’aux salles d’attente. Ceci permet à la fois un confort visuel évident mais surtout permet au public de se repérer aisément par rapport à des éléments extérieurs.

LE PROJET EN QUELQUES CHIFFRES
Partager sur :